#####WELCOME TO CPCFI##### we would like to be your privileged interlocutor With an experience of several years, a strong knowledge of the country and close contact with its members, the team of CPCFI mission is to satisfy you.
SECTEURS - CPCFI
***UPCOMING EVENT***** Iran, Impasse économique
AZADI TOWER
TEHRAN
MILAD TOWER
TEHRAN
MILAD TOWER
TEHRAN
PERSPOLIS
SHIRAZ
LA SEINE
PARIS
NOTRE DAME DE PARIS
NATURE BRIDGE
TEHRAN
ARC DE TRIOMPHE
PARIS
LE LOUVRE
PARIS
SACRE COEUR

SECTEURS

SECTEURS D’ACTIVITÉS

PETROCHIMIE

70-75% de budget du pays est issu du pétrole…
L’Iran à le deuxième réserve du gaz et quatrième du pétrole dans le monde.
L’Iran pourra augmenter rapidement ses volumes exportés, de quelque 200 000 à 600 000 barils par jour après levé de sanctions. Les sanctions américaines et européennes avaient réduit ce volume d’1,5 million de barils par jours depuis 2012. Mais il faudra du temps, quelques années sans doute, pour que l’Iran retrouve un niveau de production proche de son niveau de 2010-11, soit environ 3,6 millions de barils par jour.
Reste que l’Iran démarche activement des acheteurs potentiels pour son pétrole, non seulement celui qu’il produit quotidiennement, mais aussi les quelque 30 millions de barils stockés en mer dans des supertankers. Selon une source dans le fret maritime citée par Reuters, une quinzaine de VLCC (Very large crude carriers) de la compagnie maritime nationale NTIC d’une capacité de 2 millions de barils sont actuellement déployés à fins de stockage flottant.
TRANSPORT

Le transport terreste et aérien a un poids trop important dans le pays.
L’Iran a un vaste réseau routier goudronné reliant la plupart de ses villages et toutes ses villes. En 2002, le pays avait 178 152 km de routes, dont plus de 65 000 sont des urbaines ou interurbaines. Il y a 30 passagers de voitures pour 1 000 habitants. Le principal port d’entrée du pays est Bandar-e ‘Abbas dans le détroit d’Hormuz. Les autres ports importants incluent Bandar-e Anzali et Bandar-e Torkeman sur la Mer Caspienne et Khorramshahr et Bandar-e Khomeyni sur le Golfe Persique. Après être arrivée en Iran, la marchandise importée est distribuée à travers le pays par des camions et des trains de fret.
Les trains opèrent sur 7 265 km de voies ferrée2. La voie ferrée Téhéran-Bandar-e ‘Abbas, ouverte en 1995, connecte Bandar Abbas au réseau ferré de l’Asie Centrale via Téhéran et Mashhad.
Des douzaines de villes ont des aéroports qui servent à la fois pour le trafic aérien de passagers et celui des marchandises. Iran Air, la compagnie nationale aérienne, a été fondée en 1962 et opère des vols nationaux et internationaux. Toutes les grandes villes ont un système de transport en commun utilisant des bus, et plusieurs compagnies privées assurent un service de bus entre les villes. Téhéran possède un réseau de métro en expansion et Mashhad, Shiraz, Tabriz, Ahvaz et Esfahan sont en train de construire des réseaux de transport en commun utilisant les métros ou des trains circulant en souterrain.
TOURISME

En Iran, les politiques mises à exécution avant et après la Révolution islamique ont toujours tendu vers un développement de l’immense potentiel touristique du pays, qui fut néanmoins souvent ralenti par certaines préoccupations d’ordre politique et idéologique.
Pourtant, le constant développement de cette industrie en Iran permet d’être optimiste, et ce d’autant plus que dès à présent, la mise à exécution effective de l’article 144, qui prévoit la privatisation d’une grande partie du secteur public, a insufflé un nouvel esprit dans le domaine compétitif de l’industrie touristique. Les investissements ont augmenté, plusieurs dizaines de sociétés et d’agences de voyage aux grands capitaux se sont lancées sur ce marché. Cet afflux de capitaux est d’autant plus important qu’il comprend également des investissements internationaux, malgré les menaces et le durcissement des sanctions contre l’Iran. Ainsi, l’Iran connaît depuis 2003 une croissance de son activité touristique constante de plus de 4%, chiffre intéressant même si les autres pays de la région ont des chiffres de croissance pour la plupart plus élevés.
Thirty-five years after it dropped off the tourist map, Iran may be set to return to the top of “must-visit” lists for 2014. Its attractions have never been in doubt – from ski resorts to beaches, stunning Islamic architecture, ancient archaeological sites and superb food – but the revolution of 1979 and the Iran-Iraq war saw the country go from a staple of the “hippie-trail” to the preserve of a few adventurous travellers, usually in organised groups. Now, tour operators are hoping the thawing of political relations with the west following the election of Hassan Rouhani as president will give travellers the reassurance they need to return. Wild Frontiers, the London and Philadelphia-based adventure travel specialist, has already seen a 30 per cent rise in bookings. Financial Times.
INDUSTRIE

Iran est l’un des pays exportateurs de l’Acier, … dans le monde. …
AUTOMOBILE

Environ 320 000 Peugeot ont été produites et vendues en Iran l’année dernière par Iran Khodro, qui fabrique aussi dans son usine près de Téhéran sa propre marque, Samand. L’ancien partenaire de PSA assemble des 206 et 405 à partir de pièces achetées chez différents fournisseurs, notamment chinois. Mais sur ces modèles, le Français ne touche aucune royaltie, le partenariat entre les deux constructeurs ayant été rompu il y a trois ans. Le durcissement des sanctions internationales pilotées par les Etats-Unis, mais surtout l’alliance avec l’Américain General Motors, avaient en effet obligé PSA à quitter le marché iranien en 2012. Les liens n’ont cependant jamais été rompus entre le français et son ancien partenaire, mais les relations sont devenues compliquées. « Pendant une période difficile, ils ont eu l’impression que nous les avions abandonnés. Il est donc compliqué de reconquérir leur confiance dans un accord de business », souligne Carlos Tavares. Pour regagner cette confiance et se réimplanter dans le pays, PSA envisage donc un changement de modèle, une demande qui semble trouver un certain écho chez Iran Khodro.
AGRO-ALIMENTAIRE

Il y des opportunités d’affaires dans l’industrie Agro-Alimentaire. …
C’est une industrie ouverte aux entreprises étrangères et des offres de partenariat.
EMBALLAGE, CONDITIONNEMENT

Il y e beaucoup d’opportunités dans ce secteur.
C’est un secteur porteur et nouveau et qui aura trop besoin du savoir-faire et des équipements des sociétés Europénnes et americaines.

CPCFI